top of page

Ghjuvanni - 12 avril 1930

"Mon foyer, ma maison, c'est étonnant comme un lieu peut être si important à nos yeux."

 

Si je vous parle aujourd'hui C'est pour vous raconter son histoire

Avant mon départ. L'unique raison, C'est cette maison. Je n'ai toujours connu qu'elle. Je n'ai jamais été aussi fidèle. On peut faire un peu d'humour ? Mon père me disait toujours Que la malice était le meilleur traitement

Contre le vieillissement. Bon, revenons à nos moutons Mon foyer, mon refuge, ma maison.

C'est étonnant comme un lieu Peut être si important à nos yeux. Et tout ce qui y est caché Si l’on prend le temps de l’observer.

Des modestes réveils Aux splendides couchers de soleil. Et l’amabilité des vieux oliviers dont l’antre est le meilleur oreiller À m'apporter la meilleure huile De toute l'île. Si si. Je vous le dis. J'ai gagné un prix l'an passé Vous auriez vu le regard enragé De la femme du berger ! Enfin bon, ma maison Ma maison a été polie Et décorée par la vie. Ses volets portent les traces Des jours qui passent L'hiver comme l'été Ouverts ou fermés Par des petites mains d'enfants Et des doigts moins vaillants


Ma maison, Renferme en ses murs Le doux murmure Des chuchotements de mes filles

Qui imaginaient leur future vie

En parant leurs cheveux De jolis rubans bleus. Et aussi la caresse Des instants de tendresse Avec ma femme, Marta

Dont la mauvaise foi Forçait l’admiration À chaque discussion Mais si vous écoutez attentivement,

Résonneront les échos brisés

D’une douleur étouffée, Lors de cette fameuse soirée Où j'ai dû annoncer Qu'on ne serait désormais que trois

Car maman n'était plus là.


Ma maison est un rappel Elle porte en elle, Tous les marqueurs de ma culture Une révolte contre la censure. Sa façade est en pierres Trouvées dans la carrière Des frères Faccio De bons gars, un peu idiots. Une fois, ils ont inondé la rue principale

En détournant la digue centrale Pour agrandir le point d'eau Et voir les filles en maillot Les meubles ont été construits Dans les chênes du maquis. Et la vaisselle est ornée Par des mouflons gravés Avec les couleurs de la Corse. Aussi tatoués sur mon torse. C'était pas ma meilleure idée Marta s'en ai longtemps moquée


Ma maison, j'y ai vécu 83 ans

Quatre-vingt-trois ans. En la quittant ce jour-là Il ne m’a fallu qu’un pas Pour comprendre que je laissais derrière

Ce qui existait de plus sincère. Dire que j'ai failli démolir ce joyau En voulant l'emporter dans mon tombeau

Mais en ne touchant qu'un seul galet

J'aurais détruit tout ce qu’elle renfermait.

Alors que si, Je vous la décris suffisamment, Peut-être, vivra t-elle encore un temps

Dans votre esprit ?


FIN

40 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

コメント


bottom of page